Il l’a dit à maintes reprises. «Je ne vois pas de raison à ce stade pourquoi la présidente ou moi devrait demander un rapport intérimaire.» Pour Pravind Jugnauth, il est impératif de laisser travailler la commission d’enquête sur les drogues. Et de la laisser «regulate itself as it seems fit».

Duval  revient à la charge, cette fois avec le dossier Gulbul. L’ex-président de la Gambling Regulatory Authority a fait l’objet de nombreuses allégations dernièrement devant la commission. Pour le leader du PMSD, c’est à cause de ce genre de cas qu’il faudrait un rapport intérimaire, «tous les trois mois si besoin».

Le Premier ministre lui rappelle alors que le cadre légal prévoit que la commission puisse prendre certaines mesures. Tout comme elle peut faire remonter les informations aux autorités compétentes pour enquête.

A quand le rapport final ? Le Premier ministre n’est pas au courant. «Pour la simple raison que je ne m’ingère pas dans les affaires» de la commission que préside l’ancien juge Paul Lam Shang Leen, a maintenu le chef du gouvernement face à un Xavier Duval insistant.

Quid des gardes-chiourmes «corrompus» auditionnés jusqu’ici ? Y a-t-il eu sanction ou suspension ? a encore voulu savoir le leader de l’opposition. «Je ne peux agir sur la base d’une allégation qui n’est pas avérée», a répondu Jugnauth. Du reste, poursuit le Premier ministre, la commission doit vérifier les faits et documents qui lui sont soumis, tout comme les allégations.

Il y a toutefois le risque que des personnes suspectes quittent le pays, relève alors Duval. «Il faut suivre la loi», rétorque Jugnauth en citant le droit à la liberté de mouvement. Et de rempiler avec une boutade : «Le leader de l’opposition n’a pas l’air de comprendre comment la loi et une commission d’enquête fonctionne dans ce pays.»

Le début de cette séance parlementaire a été calme et sans incident. Seul sir Anerood Jugnauth était visiblement irrité par les premières questions supplémentaires de Duval, qui portaient sur le paiement des honoraires à Lam Shang Leen et ses deux assesseurs. Le montant sera déterminé à la fin des travaux, a répondu Pravind Jugnauth, à qui le ministre mentor glissait constamment quelques mots à l’oreille. En face, c’est Adrien Duval qui refilait des notes au leader de l’opposition durant la Private Notice Question.

Les frais de fonctionnement de la commission s’élèvent, depuis la mise sur pied de la commission en juillet 2015, à Rs 2,2 millions.

Pravind Jugnauth a profité de cette interpellation pour rappeler les quelque Rs 3 milliards de drogue saisies cette année.