«Zot pa onte?» «Saye ale!» «Bizin pas diber la!» C’est sous les huées qu’Ivan Collendavelloo, Etienne Sinatambou, Anil Gayan, le PPS Aliphon et le maire Ken Fong ont quitté la résidence Barkly. Au Centre of Learning depuis 18h pour une réunion d’explications avec les habitants sur le projet Metro Express, ils ont quitté les lieux brusquement, à peine une heure plus tard.

Il faut dire que l’atmosphère se faisait de plus en plus tendue. Le ton est vite monté. Les habitants retenant à peine leur frustration, leur mécontentement et leur colère face à la façon de faire des autorités, vendredi dernier. Se faisant l’écho de nombre des habitants du quartier, Jonathan Gafoor a notamment souligné le fait que le projet avait été gelé par le présent régime à à sas prise de pouvoir.

Jonathan Gafoor a aussi interrogé les ministres présents sur le manque de réunions explicatives sur le projet et ses conséquences sur ce quartier et ses résidents qui se retrouveront avec le métro léger devant leur porte. Le jeune homme a aussi demandé que la liste de ceux qui ont reçu une compensation soit rendue publique.

Ranini Cundasawmy, la championne de Muay Thai, était dans le quartier depuis tôt ce matin. Elle qui a grandi à Barkly a pu, à grand peine, retenir son émotion devant le sort réservé à la maison de ses grands-parents et à tant d’autres. Sa colère aussi était palpable. Celle d’autres personnes dans la salle aussi. A mesure qu’avançait la réunion, avec le père Eddy Coosnapen comme modérateur, les éclats de voix ont fusé, les demandes d’explications se sont faites plus urgentes.

Etienne Sinatambou, porte-parole du gouvernement, a été interrompu durant son intervention. Se voulant conciliant, le ministre s’est étonné des propos «amers» des habitants et affirmé que le gouvernement n’était pas en présence de certaines informations. Comme le fait qu’il y avait des enfants «ki pe tromatize»…

Son affirmation que le gouvernement voulait mieux communiquer avec les habitants a été accueillie par des railleries. L’opération de démolition ayant démarré «sans communication», ont-ils fait ressortir.

Ivan Collendavelloo a, pour sa part, admis qu’il y a eu «confusion» dans la manière de procéder vendredi dernier. Mais il n’a toutefois pas voulu commenter plus avant la démolition, l’affaire étant en Cour. «Nou pa la pou konfrontasion, sinon nou pa ti pou la zordi», a affirmé le ministre de l’Energie.

La tension est montée d’un cran, plusieurs habitants étaient debout. La réunion a été brusquement interrompue. Les ministres, le député Aliphon et le maire de Beau-Bassin/Rose-Hill se sont hâtés vers la sortie, encadrés par policiers et gardes du corps qui faisaient barrage. Etienne Sinatambou est reparti dans le véhicule d’Ivan Collendavelloo. Sous les diatribes des habitants.

Les habitants de Barky seront de retour en Cour suprême ce mardi 5 septembre, à 13h30.

Revoir le live de la rencontre ici