Redynamiser le secteur des petites et moyennes entreprises (PME). Et mettre en œuvre le plan directeur. Telle est la mission de SME Mauritius. Son Chief Executive Officer Raj Puddoo a dévoilé, durant la semaine écoulée, 5 nouveaux plans d’aide ainsi que la corporate identity de la compagnie privée détenue par l’Etat.

Les PME sont encouragées à produire de l’électricité pour leur propre consommation à travers l’installation de panneaux solaires. Les entreprises éligibles doivent opérer dans le secteur manufacturier, le handicraft, le secteur agricole et agro-alimentaire, ou dans le recyclage et les énergies vertes. Le plan d’aide finance l’installation de panneaux solaires à hauteur de 80% pour un montant ne dépassant pas Rs 100 000.

Le deuxième plan d’aide porte sur l’accès aux marchés à travers la mise en place du code barre. Les entreprises visées : celles dont le chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas Rs 20 millions.

Autre aspect que SME Mauritius veut encourager : le concept de business inclusif, avec le partage de connaissances et de technologies.

Les PME peuvent également améliorent leur visibilité en ligne et leur communication, elles peuvent souscrire au plan d’aide mis en place pour cela.  Les 80% de financement pour un maximum de Rs 40 000 serviront à financer un site Web, des adresses mail, la présence sur les réseaux sociaux et une formation en marketing digitale.

Enfin, les entrepreneurs pourront, sous le Mentoring and Hand-holding Programme, profiter des conseils d’experts de divers secteurs afin d’améliorer leur performance.

D’autres plans d’aide sont en préparation, a indiqué Raj Puddoo. Comme celui en partenariat avec l’Association des manufacturiers mauriciens 0pour encourager l’utilisation du label «made in Moris».

Ex-SMEDA : pas de licenciement

Aucun employé de la défunte Small and Medium Enterprises Development Authority ne perdra son poste, a indiqué le ministre Sunil Bholah le jeudi 15 février. Ils ont, en revanche, jusqu’au 19 février, pour signifier s’ils souhaitent intégrer SME Mauritius ou être redéployés. A moins qu’ils n’optent pour une retraite anticipée.

Les employés de la SMEDA avaient saisi la Cour suprême pour contester l’obligation qui leur était faite de passer par un processus de sélection afin d’être embauché par SME Mauritius. Suivant l’injonction intérimaire en leur faveur, le 8 février, rapporte l’express, «la direction de SME Mauritius ainsi que le ministère ont fini par se rétracter le lundi 12 février».