La satisfaction est de mise du côté des organisateurs de la Mauritius Cinema Week. Malgré un budget limité à Rs 7,5 millions, Nando Bodha estime que cette première édition est un succès. Se faisant l’écho d’Emmanuelle Béart, marraine du festival, le ministre des Infrastructures publiques souhaite que cet événement soit «pérenne». Mais, fait remarquer le président du comité organisateur, «le festival ne peut pas durer sans qu’il y ait une participation mauricienne».

Pour accompagner «l’éclosion du cinéma mauricien», Bodha compte solliciter du Premier ministre la mise sur pied d’un fonds d’aide pour les Mauriciens.  Cela sous la forme d’un «seed money fund» pour lancer les projets. Il reviendra ensuite aux porteurs de ces derniers de trouver le reste du financement.

L’objectif principal de cette manifestation, qui était de promouvoir Maurice comme destination de tournage, est en bonne voie. Nanda Narrainen, Head – Film Industry au Board of Investment, a ainsi annoncé la signature prochaine de traités de coproduction avec l’Inde, le Royaume-Uni, la France et l’Afrique du Sud.

Les masterclasses ont réuni les amateurs et professionnels du cinéma afin d’exposer les Mauriciens aux possibilités s’ouvrant à eux en termes d’emploi, explique Julian Alcantara, consultant et coordinateur de l’évènement.

En termes de retombées touristiques, la Cinema Week est vue par le ministre Anil Gayan comme une très bonne opportunité pour une plus grande visibilité de Maurice sur le plan international.