Follow Us On

Slider

L’avis consultatif de la Cour internationale de justice sur les Chagos est désormais une résolution de l’Assemblée générale des Nations unies. Maurice a obtenu une écrasante majorité lors du vote, le mercredi 22 mai, concernant sa souveraineté sur les Chagos et enjoignant au Royaume-Uni de restituer l’archipel.

Les pays membres à se prononcer en faveur étaient au nombre de 116. Le Royaume-Uni a, lui, pu compter sur seulement cinq autres soutiens : ceux des Etats-Unis, de l’Australie (comme en 2016), de la Hongrie (seul membre de l’Union européenne), Israël et les Maldives, archipel qui fait pourtant partie du Mouvement des pays non alignés.

Maurice a obtenu une plus large majorité qu’en juin 2017, lorsqu’elle avait sollicité l’Assemblée générale afin de pouvoir saisir la Cour de La Haye. La plus haute instance judiciaire s’est prononcée en faveur de Maurice et sommé Londres de restituer l’archipel des Chagos car excisé de manière illicite.

Maurice a pu compter sur le soutien indéfectible de l’Inde, de l’Union africaine dont plusieurs Etats membres se sont exprimés à l’instar de l’Afrique du Sud ou du Botswana, et du Mouvement des pays non alignés. Les Maldives se sont toutefois dissociés, estimant que le projet de résolution tel que rédigé n’apporte pas d’éclaircissements quant aux enjeux et conséquences.

Le Royaume-Uni a été le premier pays à s’exprimer à l’issue du vote, réitérant son opposition et sa déception. La représentante britannique insiste qu’il s’agit d’un différend bilatéral.

La Syrie, l’un des premiers pays amis à s’exprimer, a fustigé l’argument sécuritaire comme relevant d’une «mentalité coloniale, obsolète et inacceptable». Les Seychelles estiment que Londres peut restituer l’archipel des Chagos, tout comme il lui a rendu les îles Aldabra, Farquhar et Desroches au moment de son indépendance.

Le Mouvement des pays non alignés, par la voix du Venezuela, a appelé au «rejet du colonialisme». Le Zimbabwe a, pour sa part, souligné que : «L’avis de la Cour internationale de justice reconnaît le droit des Chagossiens et de leurs descendants de retourner sur leurs terres ancestrales le plus vite possible.» Ce ne sera possible que si Maurice retrouve sa souveraineté, a-t-il ajouté : «Aucune somme d’argent ne convaincra un citoyen à vivre loin de chez lui.»

Le dossier Chagos sera de nouveau à l’agenda de la prochaine session de l’Assemblée générale des Nations unies, en septembre prochain. La résolution adoptée aujourd’hui indique que le secrétaire général de cette instance onusienne devra soumettre un rapport sur la mise en œuvre de la résolution et des efforts entrepris par le Royaume-Uni. Soit, pour savoir si Londres rendra effectivement l’archipel.

Facebook Comments