Veekram Bhunjun, directeur de Betamax, fait face à trois nouvelles charges provisoires. Les accusations auxquelles il fait face, outre celle de « conspiracy to defraud », logée contre lui le 12 octobre dernier, sont : « breach of procurement act », « influencing public official » et « bribery for procuring contract ». La police n’ayant pas objecté à sa remise en liberté, le directeur de compagnie pétrolière a recouvré la liberté après s’être acquitté de trois cautions de Rs 50 000 chacune et signé trois reconnaissances de dettes de Rs 500 000 chacune.

Ses avocats Yahia Nazroo et Rishi Pursem n’ont pas non plus objecté au probation order demandé par la police. La liberté conditionnelle de Bhunjun est donc soumise aux mêmes conditions que celles définies le 12 octobre dernier, lors de sa première comparution en Cour.

Yahia Nazroo a cependant fait valoir devant la magistrate Adeelah Hamuth que les quatre charges contre son client sont toutes liées, et basées sur les mêmes faits. Ce que la police a confirmé suite à une question de la magistrate en Cour de district de Port-Louis.

Pour l’avocat, l’ensemble des charges aurait pu être logées « deux par deux » le 12 octobre, ce qui aurait éviter à son client d’avoir à s’acquitter quatre fois d’un certain montant pour sa remise en liberté. Yahia Nazroo indique que les « motions nécessaires » seront logées en Cour pour se pencher sur cette « nouvelle tendance de la police » qui, selon lui, s’apparente à de « l’abus des procédures de la Cour ».

Yahia Nazroo a, par ailleurs, soumis une requête pour un variation order. Cela afin que son client puisse voyager pour des raisons religieuses, du 30 novembre au 15 décembre. Veekram Bhunjun sera de nouveau en Cour le 10 novembre.