Cela afin d’accommoder ceux qui n’ont pas encore entamé les procédures pour passer de la carte d’identité laminée à la biométrique.

Il y a un rush à l’approche du délai du 31 mars, reconnaît le ministre des Technologies Yogida Sawmynaden. Mais les dispositions prises devraient permettre de tout traiter dans les temps, dit-il. D’autant qu’il ne reste qu’environ 2 000 personnes concernées.