Les travaux de la commission d’enquête sur la vente de Britam ont repris après plus d’un mois. Une partie de l’équipe de la firme BDO a été entendue par l’ancien juge Bushan Domah et les assesseurs Sattar Hajee Abdoula et Imrith Ramtohul.

Le premier à déposer était Georges Chung, partenaire chez BDO. Il a expliqué à la commission que son rôle était d’assister l’administrateur spécial Yacoob Ramtoola et d’assurer le transfert des actions. A une question de Bushan Domah, Georges Chung a expliqué ne s’être jamais rendu au Kenya dans le cadre de cette affaire. En revanche, Afsar Ebrahim et Tawheen Choomka, respectivement Deputy Group Manager et représentante légale de la firme, s’y sont rendus en mai 2016 pour deux jours.

Sur place, Ebrahim et Choomka ont appris que la compagnie propriétaire des actions n’était pas enregistrée au Kenya mais aux Bahamas. Ils sont rentrés à Maurice sans poursuivre leur mission.

Que la compagnie soit enregistrée aux Bahamas empêchait-il Ebrahim et Choomka d’accomplir d’autres travaux dans le cadre de la vente des actions ? Cette information ne pouvait-elle pas être vérifiée à Maurice, BDO ayant un bureau à Nairobi ? Autant de questions de Bushan Domah qui n’ont pas trouvé de réponse, George Chung se disant «pas au courant». «M. Ebrahim pourra y répondre», ajoute le partenaire chez BDO.

La commission a aussi interrogé Georges Chung sur son rôle dans la transaction. Ce dernier a expliqué qu’il n’est entré en jeu qu’après la signature du protocole d’accord entre les gouvernements mauricien et kenyan pour le rachat des actions. Il a néanmoins été mis au courant par l’administrateur spécial des Rs 4,3 milliards proposés par MMI Holdings. Pourquoi ne pas avoir poursuivi cette offre ? a voulu savoir Bushan Domah. Il n’en connaît pas les raisons ni n’a-t-il posé la question à Ramtoola, a répondu Chung. Agacé, Domah rétorque que c’était pourtant une «obvious question to ask».

Chung a aussi expliqué avoir été en contact régulier avec Britam Kenya par email pour l’exécution du sales purchase agreement. Ce qui a fait sourciller Sattar Hajee Abdoula. «La commission a été amenée à croire qu’il y avait peu de correspondances» entre les deux parties, intervient l’assesseur. Qui ajoute qu’il n’y a que trois ou quatre emails parmi les documents que la commission a reçus. «Impossible», déclare Georges Chung, soulignant qu’il y a eu au moins une cinquantaine de courriels.

Après Georges Chung, c’était au tour de Tawheen Choomka d’être entendue. L’avocate devra fournir une déclaration écrite à la commission d’ici vendredi. Ainsi que les informations quant à sa mission au Kenya. Elle était cependant disposée à répondre aux questions de Domah et ses assesseurs.

L’avocate a rédigé un protocole d’accord après avoir reçu des «terms and conditions» de la firme. «Y a-t-il eu des discussions dans le cadre de ce protocole d’accord ?» a demandé Bushan Domah. Choomka répond : elle ne s’est référée qu’aux «terms and conditions». Domah lui fait alors remarquer alors qu’il faut toujours suivre des instructions formelles mais que la «jeune génération» ne procède pas de cette manière.

Bushan Domah questionne l’avocate sur le terme «a pool of investors behind Peter Munga» figurant sur le protocole d’accord. Pour l’ancien juge, ce terme n’est pas clair car un «pool of investors» ne peut être une entité légale. Choomka dit s’en être tenue à son mandat et qu’elle n’a pas posé de question lors de la rédaction du document.

Kim Lo et Dushyant Bissessur, tous deux managers à BDO, ont succédé à Tawheen Choomka. Tous deux ont dû expliquer leurs rôles dans la vente des actions de Britam. Ils sont intervenus après la signature du protocole d’accord. Mais n’ont pu répondre aux questions sur le voyage d’Ebrahim et de Choomka au Kenya. Ce qui a valu une intervention du représentant légal de la BDO, Me Hervé Duval. Ce dernier a rappelé à la commission que c’est le Deputy Group Manager de BDO qu’il faut interroger.

Les travaux de la commission reprendront le 13 décembre. Après l’étude des documents remis cette semaine.

Photo (à l’avant-plan): Hervé Duval, représentant légal de BDO, Yacoob Ramtoola et Georges Chung, respectivement Group Managing Partner et partenaire chez BDO.