« Il fallait une solution pratique et légale » pour gérer les quelque « 3 000 personnes, peut-être plus », concernées par le scandale de horsepower falsifiés, a d’emblée déclaré Nando Bodha. Le ministre des Infrastructures publiques et du Transport lance ainsi un appel aux propriétaires de véhicules dont les détails du horsepower ne correspondent pas à l’état de l’engin pour qu’ils se rendent à la National Transport Authority (NTA). Cette « solution » a été proposée au Conseil des ministres, explique-t-il, après plusieurs réunions de travail  avec la NTA, la police, le bureau du directeur des poursuites publiques et le State Law Office.

« La majorité des cas », Nando Bodha en est convaincu, concernent des véhicules modifiés et des « bona fide purchases ».

Un Special Desk sera institué à partir du mardi 8 mars à la NTA pour gérer ces propriétaires. L’autorité régulatrice, explique le ministre des Infrastructures publiques et du Transport, réévaluera le véhicule – les samedis et dimanches – et émettra un fitness certificate conforme. La NTA enverra ensuite une copie du document à la police qui déterminera alors s’il y a « matière à délit ». L’enquête qui a démarré « se poursuit normalement », a indiqué Nando Bodha.

« Certains règlements et aspects de la ‘Road Traffic Act’ devront être revus », a par ailleurs souligné Ravi Yerrigadoo, Attorney General.