Le chantier est vaste. Ce n’est d’ailleurs pas d’un, mais de cinq projets « à dimensions réalisables » qu’est composé le plan de décongestion routière présenté, ce jeudi 15 octobre, par le ministère des Infrastructures publiques. Si les plans proposés demeurent ambitieux – avec échangeurs, autoponts, tunnel sous la montagne et viaduc –, le budget est, lui, de proportion plus modeste, a expliqué Nando Bando. Soit des coûts globaux estimés à Rs 15 milliards, au lieu de « près de Rs 30 milliards » à l’origine.

Le financement, indique précise Bodha, sera « entièrement assuré » par l’Etat. Il y aura une « gestion extrêmement rigoureuse » en ce qui concerne « les dépenses et la qualité », assure le ministre des Infrastructures publiques, afin de s’assurer qu’il n’y ait pas de dépassement budgétaire. Cela passera, par exemple, par la formation d’ingénieurs locaux pour éviter le recours à la main-d’œuvre étrangère.

Les chantiers, qui devraient tous démarrer «en même temps» en juillet 2016, viendront transformer notre «système de communication routière». Car ce programme de décongestion s’inscrit dans une vision du développement à long terme, a expliqué le ministre des Finances. Celle de transférer le centre névralgique du pays de Port-Louis vers Highlands. Une quinzaine de ministères, soit entre 30 000 et 40 000 fonctionnaires, y prendront en effet leurs quartiers.