Ils devaient entamer leur grève de la faim aujourd’hui. Mais le CEO de la Mauritius Duty Free Paradise a accepté de proposer la réintégration de ces employés licenciés au conseil d’administration de l’entreprise. C’est ce qu’a indiqué Jack Bizlall en conférence de presse, ce mardi 2 août.

Si le board n’avalise pas cette décision demain, poursuit le syndicaliste, les 13 ex-Sales Assistants commenceront leur grève de la faim la semaine prochaine. Soit le 9 août à 15h, au jardin de la Compagnie.

Concernant le salaire minimal, Jack Bizlall souligne qu’il a fait un walk-out du National Wages Consultative Council. Dans un courrier, il insiste auprès du président du conseil Beejaye Coomar Appanna pour que le salaire minimal ne soit pas fixé à moins de Rs 8 500 pour le secteur privé pour l’année 2017. Ce n’est que lorsque le quantum sera fixé, dit Bizlall, qu’il reprendra son siège sur le NWCC.

Plus de 109 000 travailleurs touchent moins de Rs 8 000 par mois, souligne le négociateur de la Federation of Progressive Unions (FPU), tandis que 46 000 obtiennent moins de Rs 5 000 comme salaire mensuel.

Autres sujets abordés par la FPU : le changement à la Small and Medium Enterprises Development Authority, qui passera de corporation d’Etat à compagnie  ou encore le sort des pensionnés sous le Sugar Industry Pension Fund.