« Les gens ont mal compris » les dispositions du Good Governance and Integrity Reporting Bill. C’est ce qu’affirme Roshi Bhadain au sortir de la réunion du comité parlementaire de la majorité. « Aucun pouvoir n’est entre les mains de l’exécutif », assure le ministre. Contrairement, dit-il, à ce qu’ont pu avancé des membres de l’opposition ou le Parti travailliste.

Bhadain trouve « très encourageant » que le débat ait lieu sur ce projet de loi. Avec celui-ci, soutient le ministre de la Bonne gouvernance, le gouvernement vient mettre en place « une plateforme juste » qui sera la « base du développement économique durable qui mènera vers le miracle économique » promis par l’Alliance Lepep.

Commentant le départ de Danielle Selvon du MSM, samedi, Bhadain estime que celui-ci n’a pas été provoqué par son point de vue divergent sur le projet de loi, mais est « beaucoup plus politique ».

Les quelques députés de la majorité interrogés à l’issue de la réunion du comité parlementaire assure que tout s’est « bien passé », « comme d’habitude ». Si Sanjeev Teeluckdharry affirme qu’aucune consigne de vote n’a été donnée, à ce stade, pour ce projet de loi, Sanjeev Teeluckdharry avance, pour sa part, que « toutes les réserves ont été dissipées ».