Roshi Bhadain n’y est pas allé de main morte. A Belle-Rose, ce 17 mars, le leader du Reform Party s’en est pris avec virulence au pouvoir en place, dont Pravind Jugnauth.

Pendant près d’une heure et quart, il a fait le tour des principales casseroles que le présent régime traîne, selon lui.

Arrêté dans le cadre d’une affaire de drogue, Geanchand Dewdanee a-t-il financé le MSM ? C’est la question que se posent les gens, dit Bhadain, depuis qu’il a été révélé que l’homme est dans le giron du parti soleil.

Alors que Pravind Jugnauth indique que Dewdanee ne fait partie ni du comité central du MSM, ni d’une régionale, Bhadain s’interroge pour sa part sur ce qui a pu faciliter les affaires de cet homme, dont ce n’est le premier démêlé avec la justice.

« Zot pe soutir marsan ladrog! », tonne Roshi Bhadain de l’estrade dressée à la place du marché de Belle-Rose. Parce que la loi sur la richesse inexpliquée, votée en décembre 2015, n’est pas appliquée, poursuit-il.

Pravind Jugnauth, ironise le leader du Reform Party, « al ramas salte lor lari » alors qu’il devrait jeter un œil à son Cabinet ministériel. Et, croit savoir Bhadain, sir Anerood Jugnauth allait démissionner à cause de la nomination de sir Bhinod Bacha comme conseiller au bureau du Premier ministre.

Abordant le projet du métro léger, dont le tracé passera par le marché de Belle-Rose, il a affirmé à l’assemblée présente être prêt en Cour tous ceux qui se sentent lésés.