Le leader du Reform Party estime que le gouvernement accumule les mauvais points. Roshi Bhadain en veut pour preuve le refus de la Speaker de le laisser s’installer au premier rang de l’opposition aux cotés de Xavier Duval; le retrait de la motion de censure contre Maya Hanoomanjee lors de la rentrée parlementaire de ce mardi 28 mars. Ou encore le fait que ce sont les députés de la majorité qui obtiennent la priorité pour interroger le Premier ministre lors du Prime Minister’s Question Time qu’il estime trop court.

Las d’être présenté comme le principal instigateur de l’effondrement du groupe BAI, l’ancien ministre de la Bonne gouvernance écrit aussi à la présidente de la République ainsi qu’au Premier ministre pour réclamer une commission d’enquête sur la manière dont l’affaire BAI a été gérée ainsi que les sommes injectées des fonds publics notamment pour maintenir à flot la Maubank, née de la fusion de la défunte Bramer Bank et de la Mauritius Post and Cooperative Bank.