Ce sont exactement 981 361 profils personnels qui ont été effacés durant ces derniers jours. Cette opération, qui s’est déroulée sous la supervision d’experts singapouriens et en présence d’un huissier de justice, met le gouvernement en conformité avec la décision de justice interdisant à l’Etat de détenir une base de données biométriques des Mauriciens. Concrètement, les nouvelles cartes d’identité continueront à contenir les données biométriques de leurs porteurs, mais la base de donnée centralisée détenue par l’Etat est, elle, détruite. Si la validité de l’ancienne carte d’identité nationale court jusqu’en septembre, un amendement à la loi rendra bientôt l’utilisation de la nouvelle carte obligatoire.

Pour Roshi Bhadain, la conclusion de cet exercice permet au gouvernement de concrétiser sa promesse électorale sur la destruction de la base de données biométriques. Initiateur d’un procès contre l’Etat sur la validité constitutionnelle d’une telle base de données, Pravind Jugnauth s’est félicité de ce développement. Tout en reconnaissant aux groupes hostiles à l’inclusion de données biométriques sur les cartes d’identité le droit de continuer à contester l’utilisation de la nouvelle carte d’identité.

Photo : Roshi Bhadain, ministre des Technologies de l’information et de l’innovation.