Rendez-vous est pris pour les 13, 14 et 15 mars 2018. La State Trading Corporation devra alors, d’une part, expliquer pourquoi la décision du juge Balancy d’ordonner le paiement de près de Rs 5 milliards de pénalités à Betamax ne doit pas être exécutée. Et, d’autre part, pourquoi la décision arbitrale condamnant l’entreprise d’Etat pour rupture abusive de contrat doit être set aside.

Face à la posture adoptée par la STC, Rishi Pursem se dit confiant. L’avocat de Betamax explique que son client n’entend pas céder. Et que la question d’un dépôt de garantie par la STC ne se pose pas car Betamax maintient que l’ordre préliminaire du juge Balancy a vocation à être appliqué au plus tôt.

A lire également