Une quarantaine de bateaux sont à terre à Grand-Gaube. Depuis quatre jours, en prévision du passage de Berguitta. S’ils sont soulagés que Berguitta s’éloigne, les pêcheurs déplorent toutefois qu’ils ne disposent d’aucun endroit pour mettre leurs bateaux à l’abri des intempéries.