Le leader de l’opposition renvoie dos à dos l’ancien ministre des Finances et le ministre de la Bonne gouvernance. Pour Paul Bérenger, les « spéculations » du premier ont fait perdre plus d’un milliard de roupies à l’Etat sur la revente de Britam, une filiale du groupe BAI au Kenya. Tandis que Roshi Bhadain aurait, lui, mal évalué le montant exact que l’Etat doit débourser pour permettre aux clients de Super Cash Back Gold et de Bramer Asset Management de récupérer leur capital investi.

Paul Bérenger s’est également interrogé sur la stratégie du gouvernement de s’associer à des partenaires étrangers. Notamment avec Dubai Ports World pour le port ou encore une clinique suisse pour la mise en place d’un centre de traitement national pour le cancer. Le leader du MMM s’est demandé si DP World acceptera de rester minoritaire et avec une influence relative comme dans le cas de France Telecom et Mauritius Telecom. Pour le centre national de cancer, Bérenger a affirmé que la collaboration avec la clinique suisse doit être mûrement réfléchie. Et n’intervenir qu’après avoir dissipé les doutes au sujet d’un proche d’un ministre qui occuperait des fonctions importantes dans l’établissement hospitalier européen.