« Il mérite de partir. » Paul Bérenger n’a aucun doute sur le sort qui devrait être réservé à Lutchmeeparsad Aujayeb, directeur général de la Commission anticorruption. Dans le sillage des événements autour de l’enquête sur Sun Tan Hotels, le leader du MMM en appelle au comité parlementaire sur l’Independent Commission against Corruption. Et lui demande « de suspendre le directeur général de l’ICAC ».

Pour ce qui est du directeur des poursuites publiques, « il faut tout simplement respecter la Constitution, qui est la loi suprême du pays », affirme Paul Bérenger. Qui déplore que Satyajit Boolell soit « harcelé » de la sorte et le CCID « politiquement manipulé ». Selon le leader des mauves, c’est sir Anerood Jugnauth lui-même « qui est derrière tous les dérapages » actuels. Paul Bérenger d’exprimer sa crainte : « Finalement, toutes les institutions du pays perdront totalement en crédibilité. »

Commentant le traité de non-double imposition avec l’Inde, il indique que Maurice a « cédé sur toute la ligne en ce qui concerne la Capital Gains Tax ». Alors que le protocole a été « ratifié » par le Conseil des ministres le 3 juillet dernier, dit Bérenger, Vishnu Lutchmeenaraidoo, ministre des Finances, et Roshi Bhadain, celui des Services financiers, tentent de faire marche arrière en disant que les négociations sont toujours en cours. Bérenger lance un appel à l’Inde, au regard des « relations spéciales » qu’il y a entre nos deux pays, de revoir les choses par rapport à la Capital Gains Tax.