«J’ai fait tout le travail en 82». Trente-sept ans après, après la démission de Vishnu Lutchmeenaraidoo du gouvernement et du Paulement, Paul Bérenger a voulu rectifier les affirmations de certains que celui-ci a été l’architecte du «miracle économique» post-80 qui a sorti le pays de l’ornière.

Qualifiant Vishnu Lutchmeenaraidoo de «bluffeur de la pire espèce», Paul Bérenger considère que l’histoire a retenu ce qu’il a réalisé en 1982. Face à la presse ce samedi 23 mars lors de la conférence de presse hebdomadaire du Mouvement militant mauricien (MMM), l’ex-chef de l’opposition a rappelé avoir invité le Premier ministre à révoquer l’ex-chef de la diplomatie mauricienne pour ses propos sur la croissance tenus en présence du président malgache Andry Rajoelina, invité d’honneur du gouvernement mauricien au 51e anniversaire de l’accession du pays à l’Indépendance.

Paul Bérenger se dit également convaincu que cette démission ne changera en aucun cas le calendrier électoral, rejetant les affirmations du député de la majorité, Bobby Hurreeram, qu’une élection partielle sera organisée. «C’est un joke», a-t-il martelé. Les élections générales auront lieu entre septembre et décembre, dit-il.