Paul Bérenger tombe à bras raccourcis sur Pravind Jugnauth et Navin Ramgoolam. Les cérémonies de Divali n’auraient pas dû être l’occasion de démonstration de force ou de popularité de l’un ou l’autre leader. Ni être le prétoire pour des règlements de comptes, estime le leader du MMM.

La rentrée parlementaire promet d’être mouvementée, au vu des nombreux scandales qui secouent le gouvernement, estime Bérenger.

Celui-ci trouve «bien triste» la situation des femmes cleaners en grève de la faim. Et de lancer un nouvel appel au Premier ministre de «prendre une initiative» en leur faveur.

La campagne du MMM à Belle-Rose/Quatre-Bornes se passe bien, indique le chef des mauves. Qui pense que le «mood» changera à compter du Nomination Day.