« Une petite heure». C’est le temps qu’il faut pour boucler la négociation sur la réforme électorale. C’est ce qu’a affirmé hier Paul Bérenger lors d’un point de presse à l’issue du bureau politique des mauves. Selon lui, la deuxième rencontre qu’il aura avec Navin Ramgoolam, demain jeudi, devrait déboucher sur un accord sur la question de la réforme électorale.

Une troisième et ultime rencontre, avant le 1er mai, devrait également permettre aux deux hommes de trouver un terrain d’entente sur les amendements constitutionnels nécessaires afin de mettre en place une IIe République.

Parlant de possibilités d’alliance, Bérenger précise que « toutes les options sont ouvertes ». Y compris celle d’une alliance avec le Parti travailliste.