Ravi Rutnah a, en Cour intermédiaire, expliciter sa position contre l’admissibilité de la bande sonore dans le procès de Raj Dayal. L’ex-ministre de l’Environnement est poursuivi pour corruption.

Pourquoi la bande sonore serait-elle «illégale» ? Celle-ci a été entre les mains de personnes connues (et donc citées comme témoins) mais aussi inconnues avant d’être remise aux enquêteurs, a argué l’homme de loi. Pour qui son client a été «piégé» afin d’avoir la conversation qui, au final, vient l’incriminer.

La poursuite a fait comprendre que des témoins doivent être entendus. L’audience reprendra, par conséquent,le 17 septembre avec une procédure de voir-dire en Cour intermédiaire.

Ravi Rutnah et Avineshwar Dayal ont pris le relais de Gavin Glover et de son équipe au niveau de la défense de Raj Dayal. L’homme d’affaires Patrick Soobhany l’accuse d’avoir promis de débloquer son projet immobilier en échange d’une contribution pour l’achat de sacs de pigments pour la fête Holi.