Les changements aux Corporate Social Responsibility doivent se baser sur des données fiables et non sur des on-dit ou des lobbys. C’est le plaidoyer que fait Audrey d’Hotman de Villiers, CSR and Sustainability Manager chez Rogers.

Notre invitée rappelle que les premiers à subir les contrecoups éventuels de ces changements sont les associations et les organisations non gouvernementales et, partant, leurs bénéficiaires. Et de prendre exemple sur les changements apportés au CSR lors du Budget 2016-2017, avec notamment la mise sur pied d’une National CSR Foundation qui n’a commencé à fonctionner que près d’un an plus tard.

Audrey d’Hotman de Villiers était notre invité, en compagnie d’autres analystes et acteurs sectoriels, pour décortiquer les grandes mesures et les oublis du Budget 2017-2018.