Les employés du ministère de l’Environnement ont dû être drôlement surpris en voyant ces activistes débarquer aujourd’hui. Des membres du collectif Aret kokin nu laplaz s’y sont rendus, des dizaines de sacs-poubelle à bout de bras. Tous remplis des déchets ramassés à la plage de Pomponette.

Avec cette action coup de poing, les activistes d’AKNL ne souhaitent pas seulement marquer les esprits. Ils veulent surtout attirer l’attention du ministre de l’Environnement sur une situation qui perdure sur cette plage depuis janvier de cette année.

Le ramassage d’ordures ne s’y fait plus, explique Carina Gounden, depuis que cette partie de la côte a été déproclamée. Or, poursuit-elle, la plage est toujours fréquentée par Mauriciens et touristes, avec son lot de déchets et de risques sanitaires que cela entraîne, d’autant qu’une «colonie de rats» y a élu domicile.

Depuis le début de l’année, les activistes d’AKNL nettoient donc la plage de Pomponette. Ils espèrent toutefois que le ministère de l’Environnement s’assurera de son entretien. En l’absence du ministre Etienne Sinatambou, un courrier lui a été adressé résumant la situation et formulant cette requête.