Le départ de leur avion de Karachi a dû être retardé de deux heures. Selon les premières informations qui étaient disponibles, parce qu’un politicien pakistanais très en vue était attendu à son bord. A son arrivée, des passagers furieux du vol PK-370 de la Pakistan International Airlines (PIA) s’en sont pris à Rehman Malik.

« Vous devriez avoir honte ! » ont-ils lancé, lundi, à l’ex-ministre de l’Intérieur et membre du Pakistan People’s Party. « 250 passagers ont pâti à cause de vous », entend-on quelqu’un lui lancer dans la vidéo. Les passagers mais aussi des membres du personnel navigant finissent par huer Malik, qui est forcé de descendre de l’appareil.

Il en a été de même pour un autre homme politique et député, Ramesh Kumar. Membre de la Pakistan Muslim League-Nawaz, il est monté à bord de l’avion une dizaine de minutes avant Malik. Mais n’a pu se rendre à Islamabad à bord de ce vol, ayant lui aussi été obligé de quitter l’avion.

Dans un tweet posté mardi, Malik a nié être à l’origine du retard du vol. Et indiqué que l’homme à l’origine des troubles à bord de l’avion est un activiste d’un parti politique. Ramesh Kumar a, lui, tenu un point de presse pour dire qu’il n’y était pour rien dans cet incident.

La PIA a, de son côté, suspendu deux employés à cause de ce vol retardé. Un porte-parole de la compagnie d’aviation a expliqué que le retard initial d’une heure et demie était dû à des raisons techniques, mais qu’il y a eu un retard additionnel de 15 à 20 minutes.

« Le vol n’était pas en retard à cause de Rehman Malik. PIA ne promeut pas la VIP culture », a déclaré Mashood Tajwar. Et d’ajouter que les passagers avaient été notifiés « via SMS » du retard. Il est possible, selon lui, que certains « n’aient pas été tenus au courant par leurs agences de voyage ».

En Inde, le Times of India rapporte que la compagnie nationale d’aviation de la Grande péninsule aurait reçu des instructions pour revoir « à la baisse » le traitement accordé aux VVIP. Le ministre de l’Aviation civile en personne a émis des directives le concernant. « Quand il se rend à un aéroport, il devra être reçu par un petit nombre de staff », indique Airports Authority of India. « Les procédures normales de sécurité doivent être suivies. Ni les passagers, ni le personnel de sécurité, ni les procédures ne doivent être gênées. »

Sources : Geo TV News, BBC, The Indian Express, Times of India