Sueur froide pour les organisateurs de la cérémonie de commémoration de l’abolition de l’esclavage aujourd’hui. Un groupe de rastas s’est bruyamment invité à la fête pour réclamer la légalisation du gandia à Maurice. Les manifestants estiment que la consommation de la marijuana fait partie intégrante de leur religion. Et qu’interdire cette drogue douce revient donc à les empêcher de pratiquer leur culte. Ce qui fait qu’ils seraient « encore esclaves ».

Pendant presque deux heures, la cinquantaine de manifestants ont campé devant l’entrée de la marquise où se tenaient les célébrations. Même si les esprits se sont échauffés à deux reprises, la police n’a procédé à aucune arrestation. Les rastas se sont dispersés à l’issue de la cérémonie. Interrogé sur la manifestation, le Premier ministre a dit n’avoir rien remarqué.