Arrivés au Central Criminal Investigation Department (CCID) à 10h30, Patrick Assirvaden, Cader Sayed Hossen et Suren Dayal n’en sont ressortis que peu après 14h. Venus s’expliquer sur les incidents lors de l’ouverture du centre sportif Parisot, à Phoenix, les trois cadres du Parti travailliste sont ressortis dubitatifs de leur audition.

Pour l’avocat Yatin Varma, la police perd son temps avec des « peccadilles purement politiques ». Il estime que la police et le CCID doivent faire mentir la perception qu’ils sont devenus « un instrument » que des politiques utilisent pour la « persécution » de leurs adversaires.