Il y a un an, Navin Ramgoolam expliquait que le Parti Travailliste (PTr) n’allait pas organiser de meeting du 1er-Mai afin de s’inscrire dans la « modernité ». Mais aussi pour ne pas faire de « tam tam » au moment où le pays pleurait les 11 morts du 30 mars dernier.

Aujourd’hui, Patrick Assirvaden, le président du PTR, dit que c’est cette même modernité qui sera au centre de l’action et du discours des Rouges à Vacoas. Volte-face ? Ou respect de l’incontournable folklore tam-tam d’une journée où chaque bloc politique est obligé de faire une démonstration de force ? Surtout à un an des échéances électorales…