C’est une « répression qui s’abat sur le PTr », affirme Patrick Assirvaden. A travers « l’acharnement de la police contre le leader » des rouges, mais aussi les freezing orders pour geler les comptes du Parti travailliste. « On veut asphyxier le PTr » financièrement, « on veut mettre le PTr à genoux », a insisté le président des rouges.  Les conséquences du gel de ces avoirs dans la course aux municipales, selon Assirvaden : « Dès le départ, ce ne seront pas des élections ‘free and fair’ ».

Au sortir de la réunion du bureau politique d’aujourd’hui, le président des rouges a également commenté l’absence d’Arvin Boolell, qui avait effectué un walk-out lors de la visite-surprise de Navin Ramgoolam au bureau politique, mardi dernier. L’exécutif du parti, dit Assirvaden, est d’avis que « la place du camarade Arvin est au sein du bureau politique, dans nos réunions, dans l’exécutif ».

La prochaine réunion du BP rouge est prévue pour mercredi. A l’agenda : stratégie de campagne, liste électorale et… réponse à donner au gouvernement.