« Le textile a de l’avenir à Maurice », assure le ministre de l’Industrie et du Commerce. Si l’on veut demeurer compétitifs, cependant, il faut aller vers des produits « haut-de-gamme », soutient Ashit Gungah. Et que les jeunes s’engagent dans ce secteur. Certes, les machines de plus en plus sophistiquées permettent « des économies en termes de ressources humaines ». Des techniciens sont toutefois nécessaires pour les manier, indique le ministre.

Il assistait, ce matin, au lancement d’un séminaire et d’une exposition de Juki Sngapore au Fashion and Design Institute Apparel Centre, à Port-Louis. La filiale de l’entreprise japonaise, qui fabrique des appareils pour l’industrie textile, en a profité pour faire don d’une machine à coudre écologique de sa marque au FDI.