Sont-ils ressortis satisfaits de la rencontre d’aujourd’hui avec le ministre Bodha ? Les syndicats du transport qui ont été conviés ne donnent pas de réponse tranchée. Tous, que ce soit la Union of Bus Industry Workers (UBIW), le Front commun Travayer Transport (FCTT) ou la NTC Power Union (NTCPU), veulent des garanties écrites quant à l’emploi avec l’entrée en opération du Metro Express. Des garanties que Nando Bodha, disent-ils, n’est pas encore mandaté à fournir.

Le ministre du Transport a, en effet, expliqué qu’à l’issue de cette réunion d’environ une heure quarante-cinq minutes, il rencontrera la direction des compagnies de transport concernées dans deux semaines. Bodha devra également consulter le Cabinet ministériel avant de revenir vers les syndicats dans environ un mois.

La UBIW, le FCTT et la NTCPU disent tous qu’ils donneront le temps au ministre. Mais qu’en attendant, les options d’actions syndicales restent ouvertes. La UBIW maintient ainsi sa rencontre avec les travailleurs du transport, prévue le 28 septembre. Le FCTT n’écarte pas l’option d’une grève de la faim, déjà avalisée par ses membres. La NTCPW avait déjà évoqué, il y a une semaine, la fébrilité chez les employés de la National Transport Corporation qui sont, eux aussi, prêts à faire grève, selon ce syndicat.