«Au bout de dix ans, il est nécessaire que le CIDB revoit son positionnement, et ça passe par un rebranding.» Ce rebranding, explique Nadia Daby-Seesaram, présidente du conseil d’administration du Construction Industry Development Board (CIDB), est essentiel à la fois en interne mais aussi en externe, pour mieux répondre aux attentes des acteurs du secteur.

Outre de mettre en œuvre la politique de l’Etat en matière de construction, le CIDB fera également «remonter conseils et recommandations» du secteur au gouvernement. Et pour faciliter les échanges d’information, notamment par rapport au public, le régulateur se dote d’un nouveau site Web.

Quelles perspectives de croissance pour cette année ? Si la construction était en régression en 2015, la situation s’est grandement améliorée depuis. Passant d’une croissance zéro en 2016 à 7,5% l’année suivante. Pour cette année, les estimations placent le taux de croissance à 9,5%, souligne Nadia Daby-Seesaram. Porté notamment par les projets d’infrastructures publics (Metro Express, travaux de décongestion routière, port) mais aussi ceux du secteur privé. Mais pour que cette croissance se réalise, nuance la présidente du CIDB, les projets doivent démarrer. Et pour cela, il faut pouvoir faciliter l’octroi des permis, explique-t-elle.