Après Ramgoolam et Bérenger, c’est au tour d’autres membres de leurs partis d’intervenir dans le débat actuel sur la réforme électorale. Patrick Assirvaden, président du Parti travailliste, et Alan Ganoo, leader adjoint du MMM, se sont opposés plutôt gentiment. Chacun appelant l’autre « kamarad » en de nombreuses fois. Assirvaden lançant des piques au MSM et rappelant que les « petits partis » comme celui-ci ne pourront plus « mont dadak » sur le dos des grands partis, Ganoo insistant que « l’urgence, c’est la réforme électorale ». Morceaux choisis de l’émission diffusée, hier, sur les ondes de Radio One.