Dans deux semaines, affirme Rama Valayden, il demandera une special leave pour pouvoir recourir au Privy Council. Cela afin que cette instance puisse se pencher sur le cas des quatre condamnés dans l’affaire L’Amicale. L’avocat a également insisté sur le fait que le directeur des poursuites publiques devrait pouvoir garantir la sécurité de toute personne qui se présenterait avec de nouvelles informations dans cette affaire.

Il s’exprimait lors d’un rassemblement, en fin d’après-midi d’hier à Plaine-Verte, après une marche pour les quatre condamnés de L’Amicale.