Paul Bérenger annonce que le MMM se mobilisera, y compris financièrement, afin de permettre aux familles des condamnés dans l’affaire Amicale de saisir le Privy Council. Le leader du MMM estime que la loi régissant la Human Rights Commission aurait du être amendée afin de permettre à l’institution de rouvrir une enquête dans les cas où « de nouvelles preuves » ou « des circonstances exceptionnelles » dictent une telle démarche.

Rama Valayden, l’avocat des familles des condamnés, a signifié son intention de saisir le Privy Council afin d’obtenir que l’affaire l’Amicale soit rejugée.