Adrien Duval a fait un plaidoyer passionné pour le maintien du Best Loser System et un recensement ethnique. Inscrit dans la Constitution, ce mécanisme assure la représentativité des minorités au Parlement et «corrige les injustices», a argué le député PMSD lors des débats sur la réforme électorale, le vendredi 7 décembre.

Or, le gouvernement n’a «absolument aucun mandat» pour enlever le BLS par le biais de ce Constitution (Amendment) Bill «insensé».

Les minorités sont sous-représentées au sein du Cabinet ministériel, a poursuivi l’élu de Curepipe/Midlands. «Et comme tout émane du Cabinet», cela va de soi que les discriminations se répercutent à divers niveaux institutionnels et sociétaux, avance Adrien Duval.

Que le Premier ministre et son gouvernement veuillent augmenter le nombre de députés est «scandaleux». Cela ajoutera une suppression supplémentaire sur les finances publiques, a soutenu Adrien Duval, et ne fera qu’ouvrir la porte aux «appétits aiguisés» de politiciens profiteurs.

Il y aura, en outre, des députés «sans circonscriptions fixes», qui ne seront «rien d’autre que les voix de leurs leaders» et non celles du peuple.

Adrien Duval s’est aussi largement étendu sur la nécessité de redécouper les circonscriptions. Et agréé à la nécessité de garantir au moins un tiers des sièges aux femmes. Si la mesure antitransfuge est «half baked», elle demeure «acceptable».

Le gouvernement se prépare aux élections générales, a fait remarquer Adrien Duval. Il en veut pour preuve le renvoi des élections villageoises, l’octroi de licences radio aux «petits copains» du pouvoir, la nomination «d’agents électoraux» au sein de l’Electoral Supervisory Commission, la série de projets de loi présentés «à la hâte» ou encore la compensation salariale qui n’est qu’un «eyewash».