L’un des freins au développement économique de nombre de pays africains : l’état des infrastructures. C’est le constat posé par Pravind Jugnauth dans son allocution au 29Sommet des chefs d’Etat de l’Union africaine.

A Addis Abeba, le Premier ministre a plaidé en faveur d’une stratégie africaine pour trouver des financements pour l’amélioration des infrastructures. Une option possible, a suggéré le chef du gouvernement : la «mise en commun des ressources» et une harmonisation de l’action d’institutions financières africaines, ce qui faciliterait l’accès à des fonds.

Pravind Jugnauth a axé, ce mardi 4 juillet, son allocution sur la mise en œuvre de l’Agenda 2063 à Maurice. Soulignant son intégration dans le plan de développement national. Et les efforts en matière d’éducation, avec notamment la réforme enclenchée cette année.

L’éducation est essentielle, dit le Premier ministre, dans le combat contre la pauvreté et pour que le continent amorce la transition vers des sociétés de la connaissance.

Jugnauth a aussi saisi l’occasion pour remercier les chefs d’Etat de l’UA pour leur soutien plein et entier à l’Onu quant à la résolution sur les Chagos. Il compte sur l’engagement soutenu des pays africains alors que le dossier sur l’excision de l’archipel par les Britanniques sera porté à la Cour de la Haye, plus tard cette année.

Négociations post-Cotonou : Maurice doit être «un pays leader»

Depuis son arrivée à Addis Abeba, Pravind Jugnauth a eu plusieurs réunions de travail. La délégation mauricienne a ainsi rencontré Louis Michel, député européen, le dimanche 2 juillet, pour discuter de l’après-Cotonou.

«Le PM a un vrai projet sur les négociations de post-Cotonou», a noté le coprésident de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE à l’issue de cette session d’environ une heure. Au micro de la MBC, il note que Maurice doit être «un pays leader dans ces négociations».

Louis Michel retient ainsi la suggestion de Pravind Jugnauth de maintenir la structure actuelle des pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) et, partant, leur «identité politique», relève le Premier ministre.

Images vidéo : MBC