D’où sommes-nous ? Cette question existentielle est au cœur d’un projet scientifique de l’université de Maurice et de celle de Stanford. Intitulé « L’évolution génétique de la population mauricienne à travers le temps », il veut retracer nos origines.

Mené depuis de nombreux mois par Dr Sabrina Dyall, rattachée à la Faculté des Sciences du campus du Réduit, il touche presque à sa fin. Il faudra être patient encore six mois avant d’avoir les résultats.

Cette étude consiste à récolter l’ADN de 200 citoyens mauriciens d’origines ethniques différentes, mais dont les 4 grands-parents sont nés ici. Il s’agit d’analyser, à travers la technique de séquençage, les échantillons récoltés auprès des volontaires. Et de déterminer leurs origines (asiatique, africaine…).

Les résultats pourront servir de base à d’autres recherches ou encore à profiler la prédisposition de certaines maladies (diabète, cancer…) à Maurice.

Si Dr Sabrina Dyall semble satisfaite de l’engouement qu’a suscité le projet biomédical, elle espère que cette étude pourra se prolonger. Au vu de la taille de la population, elle estime que l’échantillon devrait comprendre au moins 1 000 personnes.