Pour les familles des victimes, il ne fait pas de doute. Il y a eu des dysfonctionnements au niveau des systèmes de sécurité au front de mer. Et cela a indéniablement contribué au bilan tragique des inondations du 30 mars 2013. La visite des lieux effectuée par la magistrate Rambarrun dans le cadre des auditions en cours sur cette affaire a ainsi permis de relever certaines failles, comme nous l’expliquent Allan Wright, qui a perdu sa femme et son fils, et Me Akil Bissessur, qui le représente.