Le nouveau plan de distribution de méthadone aux toxicomanes fait bondir le Collectif Urgence Toxida (CUT). Pour Nataraj Maistry, président de l’ONG spécialisée dans l’aide aux consommateurs de substances illicites, la société civile n’a pas été consultée par le ministère de la Santé avant la refonte de la distribution de ce substitut à certaines drogues dures.

Pour le président de CUT, le nouveau système a peu de chances de réussir, notamment à cause de l’obligation qui est faite aux toxicomanes de se rendre dans l’enceinte ou à proximité de certains postes de police pour recevoir leur dose quotidienne de méthadone. Maistry craint ainsi que certains toxicomanes ne désertent les nouveaux lieux de distribution. Cette mesure, estime-t-il, a également pour effet de pénaliser une grande partie des utilisateurs de méthadone « qui ne posent aucun problème ». Pour Nataraj Maistry, les ONG ne seront pas en mesure d’assumer le rôle qu’Anil Gayan souhaite leur confier. Faute de moyens humains, matériels et financiers selon CUT.

Nataraj Maistry estime qu’il n’est pas trop tard pour qu’Anil Gayan et son ministère entament des discussions avec les ONG spécialisées dans l’aide aux utilisateurs de substances illicites. « Nous avons des solutions à proposer », assure-t-il.