Le profil Twitter d’une personne permettrait aussi de savoir si la personne est dépressive. Un algorithme permettrait de détecter la dépression avec une fiabilité de 70 % en se basant sur l’historique des tweets sur une longue période de temps. Cette innovation permettrait aussi de mesurer la réaction d’un public sur des événements.

Selon Tyler McCormick du Centre pour Statistiques et des Sciences sociales de l’Université de Washington, Twitter serait la plus grande étude des comportements humains. Donc, un algorithme pourrait simplement scanner des tweets à la recherche de certains mots indicateurs de dépression. Un utilisateur pourrait tout aussi bien recevoir un avis l’avertissant de sa dépression. « Imaginez un outil permettant d’informer une personne d’une saute d’humeur avant même qu’elle ait lieu », dit Eric Horvitz, co-directeur de la Microsoft Research Redmond, qui a initié la recherche sur Twitter et la dépression.

Horvitz et son équipe ont donc développé un modèle qui diagnostiquerait la dépression avant même qu’elle survienne. Des mots tels que « sévère », « appétit », « suicidaire » mais aussi plus surprenants tels que « maison », «tolérance », pourraient être des signes de dépression. Une personne comprenant « maison » et « appétit » n’est pas forcément dépressive. L’algorithme prend aussi en considération le nombre de tweets et l’heure à laquelle les tweets sont postés.

Selon Time, sur 476 utilisateurs, l’équipe a trouvé 171 sérieusement dépressifs. L’étude a été faite avec des tweets datant d’une année avant la période de dépression. Horvitz parle d’une fiabilité de presque 70 %. Tyler McCormick a aussi déjà identifié un groupe d’étudiants de première année de plusieurs universités qui montre des signes alarmants de problèmes émotionnels.

Il existe pourtant un bug. On parle de « faux positifs » : le système serait prédirait mal la dépression dans 10 % des cas. Horvitz se dit cependant motivé. « Si nous pouvons sauver même quelques-unes des 30 000 personnes [suicidaires aux Etats-Unis], cette recherche sera justifiée. »