Follow Us On

Slider

Photo (MC2 Charlotte C. Oliver/ U.S. Navy Support Facility Diego Garcia/ Facebook) : Des militaires britanniques et des Américains postés à Diego Garcia lors du nettoyage des plages, en avril dernier. Le Royaume-Uni met en avant la nécessité de la base militaire US sur cette île pour ne pas restituer l’archipel.

Trois élus de la House of Commons, faisant partie du groupe parlementaire sur les Chagos, ont effectué une visite dans l’archipel, fin août. C’est ce que rapporte le quotidien The Guardian, ce 11 septembre. La visite, organisée en toute discrétion et dans un délai très court, avait, semble-t-il, pour objectif d’amener les députés britanniques à soutenir plus activement la position du Royaume-Uni face à Maurice qui revendique la souveraineté sur l’archipel.

La petite délégation était composée de deux députés conservateurs ainsi que d’une élue travailliste. Selon The Guardian, ils ont dû endurer le mal de mer, un parcours à la nage ainsi qu’un périple à pied sur le récif pour gagner l’île de Peros Banhos. C’était le lieu de vie d’une importante communauté chagossienne depuis exilée à Maurice.

Dans une déclaration au quotidien britannique, la députée Catherine West explique que ses collègues et elle ont rencontré des responsables américains de la base de Diego Garcia. Qui leur ont fait savoir que les membres de la communauté chagosienne pourraient éventuellement prendre de l’emploi sur la base militaire.

La nouvelle de cette visite arrive au moment où le Pape François a exhorté les grandes puissances du monde à «obéir aux institutions internationales». Il répondait à une question d’un journaliste mauricien à bord de l’avion qui ramenait le souverain pontife en Italie après sa tournée au Mozambique, à Madagascar et Maurice.

En février, la Cour internationale de justice a estimé que l’excision de l’archipel des Chagos du territoire mauricien, avant que le pays n’accède à l’indépendance, était «unlawful». Suivant cette décision, l’Assemblée générale des Nations unies a voté une résolution marquée par le soutien de 116 pays en faveur de Maurice, le 22 mai.

Facebook Comments