Ils ne deviendront pas aveugles. Six patients ont bénéficié de la thérapie génique, une technique encore expérimentale à Oxford, en Angleterre. En effet, en injectant des gènes dans l’iris, les chirurgiens ont pu revitaliser les parties sensibles à la lumière. Le professeur Robert MacLaren, le chirurgien qui dirige les recherches, se dit « absolument ravi ». « Nous n’aurions pu espérer de meilleurs résultats », a-t-il déclaré à la BBC.

Cela fait deux ans que cette technique est mise à l’essai sur des patients souffrant de choroïdérémie. Cette maladie génétique rare entraîne une perte progressive de la vue.

Wayne Thompson est de ceux-là. « Depuis ces 25 dernières années, je pensais que j’allais devenir aveugle. Et maintenant, il est possible que je conserve ma vue », dit-il dans l’entretien accordé à BBC News. L’opération, poursuit Wayne Thompson, lui a permis de « voir les étoiles pour la première fois depuis [ses] 17 ans », quand sa vue a commencé à se détériorer.

« J’avais l’impression d’être arrivé au bord d’un abîme. » Pour Jonathan Wyatt, ancien avocat dont la vue n’a cessé de baisser au fil des années, la perspective de la cécité était déprimante. Au final, l’opération a dépassé ses espérances : elle a non seulement stoppé la progression de la maladie, elle a aussi amélioré sa vision.

Les chirurgiens chercheurs estiment que la thérapie génique pourrait éventuellement être utilisée dans le traitement d’autres causes de cécité comme la dégénérescence maculaire. Mais il faut encore identifier les gènes qui en sont responsables.

Photo via Wikipedia