Les magistrats Ramsoondar et Rangan ont tranché. Showkutally Soodhun, Mahesh Khemloliva et Beejaye Somai ont été respectivement trouvés coupables de rassemblement illégal et de menaces, ce matin, en Cour intermédiaire. Lisez leur jugement. 

Les faits qui leur sont reprochés remontent à 2009. Très irrités par l’estimation de la foule effectuée par le quotidien l’express au lendemain de leur meeting du 1er Mai, des responsables et partisans du MSM avaient entrepris de manifester de manière bruyante devant les locaux du groupe de presse et de Radio One à la rue Brown-Séquard, à Port-Louis. Sauf que loin d’être pacifique, le rassemblement avait dégénéré avec menaces, bousculades et éclats de vitres.

Défendus par Gavin Glover, Ravi Yerigadoo et Rubina Jadoo, les trois accusés avaient tous choisi de plaider non coupable. Pour sa défense, Showkutally Soodhun avait avancé qu’il s’était rendu à la Rue Brown-Séquard dans le but de calmer les choses. « He walked there in order to prevent anything going wrong which would in turn bring disrepute to the party », c’est ainsi que les magistrats récapitulent la position du président du MSM qui a nié avoir été le meneur de la manifestation illégale.

Or, tous comme pour ses deux coaccusés, Soodhun a été positivement identifié grâce aux photos prises par deux photoreporters de La Sentinelle ainsi que par une vidéo où les propos menaçants des différents protagonistes sont clairement audibles. Ce qui a amené les magistrats à conclure, notamment dans le cas de Soodhun, que : « Indeed, Accused No.1/Soodhun’s words, acts and doings are clear, indicative and relevant as regards the holding of a public meeting/public gathering in a public place and his “… undoubted intention… not to let the meeting go, to rivet its attention, to keep it together, to carry it on… in order to further the purpose for which it was assembled…” »

Si le jugement est tombé aujourd’hui, les trois accusés n’ont pas encore été notifiés de leur peines.  L’article 139 du Code pénal dispose qu’une personne trouvée coupable de « unlawful assembly » encourt une amende ne dépassant pas Rs 10 000 et une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans.