L’avocat de David Gaiqui justifie la réclamation de Rs 50 millions à l’Etat suite au mauvais traitement qu’il a subi quand il était détenu à la Criminal Investigation Division de Curepipe. Pour Sanjeev Teeluckdharry, cette plainte doit être perçue comme un signal pour tous les fonctionnaires.

L’avocat critique également la manière de faire de la National Human Rights Commission (NHRC), estimant que l’institution aurait dû se montrer plus proactive dans ce genre de situations. David Gaiqui sera entendu par la NHRC ce jeudi 22 février. Une reconstitution des faits est ensuite prévue au bureau du Central Investigation Department de Curepipe.

Jointe au téléphone, Marie Louise Lee Yin Lam Hung confirme l’audition prévue demain. L’enquête est dans sa phase finale, précise la Deputy Chairperson de la Police Complaints Division de la NHRC. Le rapport final de la commission sera soumis incessamment au bureau du Directeur des poursuites publiques, ou à la Disciplined Forces Service Commission, ou au bureau de l’Attorney General. «Il y aura des recommandations pour que ce genre de situation ne se reproduise pas», insiste Marie Louise Lam Hung.

Note : Texte mis à jour pour inclure les propos de la Deputy Chairperson de la Police Complaints Division de la commission des droits humains.