Tag "violence"

Violence en milieu scolaire : comprendre et agir

COMPRENDRE Les comportements agressifs s’expliquent par une interaction de facteurs, qu’il s’agisse de violence verbale, psychologique, émotionnelle ou physique. Ces facteurs sont psychologiques, sociaux, environnementaux et biologiques mais pas génétiques : personne ne naît violent. Et ils ne peuvent être considérés de manière indépendante et isolée. Il importe de les rappeler car en prendre conscience est un premier pas d’action. Nous avons tous.tes, la responsabilité de prendre soin de nous et

[Vidéo] Mialy Rajoelina : L’écart est «énorme» entre femmes Malagasy favorisées et moins bien loties

A Madagascar, seule «une infime partie» des femmes malgaches, qui plus est issues de milieux favorisés, ont accès à l’éducation et, partant, occupent de bons postes. Tandis que trop de femmes subissent des violences, sont au chômage et vivent dans la pauvreté. L’écart «entre ces deux extrêmes» est «énorme», reconnaît La Première dame de la Grande île, qui accompagne son époux le président durant sa visite d’Etat. La contribution de

[Vidéo] Face à la violence «choquante» des jeunes, Dookun prône la gestion des émotions

«Nous sommes tous concernés par certains évènements», concède la ministre de l’Education qui trouve «choquant» le comportement de certains jeunes. Leela Devi Dookun-Luchoomun prévient toutefois qu’il ne faut pas se focaliser sur certains comportements et actes de violences de collégiens. La ministre explique ainsi qu’il existe un Student Behaviour Policy dans les établissements ainsi qu’un Social and emotional well-being programme au niveau du ministère. Leela Devi-Dookun insiste toutefois que c’est

[Vidéo] Violence scolaire : Obeegadoo réclame sanction et accompagnement

Dépassé et insuffisant. C’est ce que pense la Plateforme militante des mesures préconisées par le ministère de l’Education pour répondre aux actes de violence chez les collégiens qui se sont multipliés ces derniers temps. Steven Obeegadoo s’attaquait au fait de nommer des «disciplinary masters» dans les collèges et de remettre l’accent sur l’enseignement des valeurs morales. Il faudrait plutôt mettre sur pied une unité spéciale à plein temps pour gérer

[Vidéo] Les travailleuses du sexe marchent pour dénoncer les violences contre elles

«Sex workers rights = human rights». C’est ce que revendiquent les travailleuses du sexe. Elles étaient dans les rues de la capitale ce matin. En compagnie de membres d’ONG notamment, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux travailleurs du sexe, observée ce 17 décembre. Pour Shameema Boyroo de Parapli Rouz, il est temps d’en finir avec les discriminations et les violences faites aux travailleuses du

[Vidéo] Un policier à Nathalie, travailleuse du sexe : «Tir to linz, danse»

Un quart de siècle que Nathalie «trase». Presque la moitié de sa vie : elle souffle ses cinquante bougies l’an prochain. Travailleuse du sexe, un métier qu’elle exerce parce qu’il y a les factures à payer. Parce qu’elle goûte peu de travailler pour des gens «dominer». Parce qu’à force, elle a ses habitudes et ses clients réguliers. Nathalie ne mène pas la belle vie. Elle vit. Sans parents ni fratrie – ils

[Vidéo] La loi criminalisant la sodomie sera revue, assure Maneesh Gobin 

L’article 250 du Code pénal hérité des Britanniques quant à la criminalisation de la sodomie sera revu. C’est qu’avance en tout cas l’Attorney General, Maneesh Gobin, à l’issue d’un forum-débat organisé par la Commission des droits humains et l’Union européenne sur les droits de la communauté LGBT au Hennessy Park Hotel, à Ebène, ce jeudi 13 décembre.  «Nous devons changer notre regard envers eux, ils sont des humains avant tout», a déclaré Maneesh Gobin en parlant des membres de la communauté LGBT. Il ne précise pas

[Vidéo] Des collèges mixtes pour tous au programme de la Plateforme militante

«Les collèges d’Etat doivent être mixtes», assène Françoise Labelle. «Garçons et filles doivent apprendre à vivre ensemble», explique l’une des porte-parole de la Plateforme militante. Le regroupement a fait part de ses propositions pour réduire, voire éliminer les violences faites aux femmes le vendredi 30 novembre, à la municipalité de Port-Louis. Des commentaires qui interviennent dans le sillage de crimes atroces récents qui ont vu la mort de jeunes Mauriciennes. Les

[Vidéo] Shameema Boyroo : «Nulle part n’est-il inscrit dans la loi que la prostitution est illégale»

«Bann dimounn ki trase.» C’est ainsi que les travailleuses et travailleurs du sexe se qualifient. Si leur activité leur permet de gagner leurs vies, les regards demeurent réprobateurs, les stéréotypes perdurent, les violences – verbales ou physiques – se maintiennent. Or, les travailleuses du sexe ont les mêmes droits que tout le monde, insiste Shameema Boyroo. La prostitution, soit l’échange d’argent ou de biens pour un service sexuel, n’est pas

A l’amour, à la mort

«If it bleeds, it leads». C’est la formule qu’utilisent les médias anglo-saxons pour indiquer que les drames – les meurtres notamment – attirent le chaland. Et qu’il est donc normal de les installer à la une des journaux radio, télé et papier. La presse locale n’échappe pas à cette règle, on a donc régulièrement parlé ici de la dérive fait-diversière, aboutissant à la «croque-mortification» de l’info. L’actualité de la semaine

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>