Tag "roshi bhadain"

[Compte rendu] Britam : «Bullshit!» rétorque Bhadain quant aux «pressions» sur Ramtoola

Son audition a duré environ une heure et vingt minutes. Tout le long, Roshi Bhadain n’a cessé de dire qu’il n’avait rien à voir avec la vente des actions de Britam. Mais l’ex-juge Bushan Domah ne l’a pas laissé traîner en longueur. Le président de la commission d’enquête lui intimant à plusieurs reprises de donner des «réponses courtes et concises», voire de «wrap up your answers». L’ex-ministre des Services financiers est

[Vidéo] Bhadain s’offusque de la présence d’un «cuisinier» au sein de la commission d’enquête sur Britam

Le présent gouvernement institue des commissions d’enquête à l’exemple des jeux de la Rome antique, où des gladiateurs se battaient pour divertir le peuple, estime Roshi Bhadain. Alors que la commission Britam comprend un «cuisinier», soit un très proche du régime en place. L’ancien ministre de la Bonne gouvernance et des Services financiers a été auditionné de nouveau, ce jeudi 30 août, par la commission d’enquête devant faire la lumière sur

[Vidéo] Bhadain demande à Jugnauth de limoger Sesungkur et de reprendre le dossier offshore

Pour Roshi Bhadain, ce sont les maladresses et la méconnaissance du dossier global business par Sudhir Sesungkur qui vaut à Maurice d’être critiquée dans un rapport du Eastern and Southern Africa Anti-Money Laundering Group (ESAAMLG). Pour l’ancien ministre des services, l’actuel titulaire du poste aurait dû procéder différemment afin de convaincre les auteurs du rapport préliminaire sur Maurice d’y apporter des corrections. Si le rapport de l’ESAAMLG demeure inchangé, Roshi

[Document] Bhadain réclame Rs 50 m de dommages à Assirvaden

Roshi Bhadain réclame Rs 50 millions de dommages à Patrick Assirvaden. Le président du Parti travailliste l’a attaqué lors d’un meeting des rouges le 15 décembvre 2017, notamment sur son rôle dans l’affaire BAI, écrit Bhadain dans sa plainte. Le leader du Reform Party estime que les allégations sont frivoles, diffamatoires et qu’Assirvaden a tenu des propos qui sont faux à son encontre. Joint au téléphone cet après-midi, Patrick Assirvaden

[Vidéo] Muthy: «Bhadain mieux placé que n’importe qui pour aider les clients SCBG»

Un vrai avocat aurait demandé Rs 50 000 ou Rs 70 000 pour représenter un des anciens clients du groupe BAI. Sur une base humanitaire, Roshi Bhadain accepte de le faire pour seulement Rs 29 000, se félicite Salim Muthy. Le porte-parole des clients du plan Super Cash Back Gold (SCBG) dit avoir mis la politique et ses différends avec l’ancien ministre des Services financiers de côté car celui-ci a une connaissance approfondie du dossier BAI.

[Vidéo] «I was kept in the dark», dit SAJ au sujet de la vente de Britam

C’est accompagné de son Permanent Secretary Medha Gunputh que sir Anerood Jugnauth (SAJ) s’est rendu devant la Commission d’enquête sur la vente de Britam au Kenya. Avec seulement 20 minutes passées à répondre aux questions de Bushan Domah, Sattar Hajee Abdoulah et Imrith Ramtohul, l’audition du ministre mentor est l’une des plus courtes de la vingtaine entreprises jusqu’ici par la commission d’enquête. L’audition a démarré dans une ambiance détendue et

[Vidéo] Bhadain : La dépénalisation du gandia pas assez pour contrer les drogues de synthèse

Deux jeunes sur cinq sont touchés par la prolifération des drogues synthétiques. L’affirmation vient de Roshi Bhadain, qui se base sur une étude menée par le Reform Party. Pour le président du parti, l’heure est grave. Toutefois, la dépénalisation du gandia ne suffira pas pour contrer l’essor de ce type de stupéfiants, avance-t-il. Cela pourrait même le favoriser. Comment ? La dépénalisation concerne la consommation individuelle. Or, le commerce de substances

[Vidéo] L’année des démissions, remaniements et changements de camp

2017 a commencé par un changement inédit sur la scène politique : un Premier ministre qui cède sa place à son successeur sans avoir été battu lors d’une législative et sans l’avoir annoncé avant son élection. Conséquence directe de la démission du gouvernement de sir Anerood Jugnauth et du passage de témoin à celui de Pravind Jugnauth, le Conseil des ministres est dissous puis reconstitué. Roshi Bhadain est le seul à

Post mortem of a by-election

The die is cast, plaudits to the winner. All the political pundits have put pen to paper to tell why this or that happened and have tried to substantiate their arguments. Of course, we can all be wise after the events but for once, I can honestly say that I was spot on with my reading of the situation prior to the elections in my article, “The December by-election stakes”

[Rétrospective] Le pari politique perdu de Roshi Bhadain

Il a refusé de prêter serment le 23 janvier sous le gouvernement de Pravind Jugnauth, invoquant une passation des pouvoirs contraire aux principes de la bonne gouvernance. Si les plans de Roshi Bhadain d’épauler le leader de l’opposition sont mis à mal, il fonde toutefois rapidement son Reform Party. Tout en annonçant solennellement, peu de temps après, du backbench de l’opposition son intention de démissionner et de provoquer une partielle

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>