Breaking news
  • No posts were found

Tag "presse"

[Vidéo] L’affaire bet365 et la volte-face d’Abdool Rahim remet en question le rôle des médias

Coup de tonnerre, cet après-midi, dans l’affaire bet365. Husein Abdool Rahim, qui a provoqué la démission de Ravi Yerrigadoo comme Attorney General, s’est rétracté en direct sur les ondes de Radio Plus. Affirmant avoir été «manipulé» par l’express et Roshi Bhadain pour «faire tomber Yerrigadoo». Pour Lindsay Rivière, journaliste de carrière, toute cette affaire vient remettre en cause le rôle des médias. La presse, dit-il, a un rôle d’acteur vis-à-vis

[Vidéo] SAJ: Avant, la presse ne parlait pas autant de scandales

Le ministre mentor ne fait pas grand cas du départ de Ravi Yerrigadoo comme Attorney General. «La vie continue», rappelle Sir Anerood Jugnauth en estimant que cet épisode ne fragilise pas le gouvernement. L’ancien Premier ministre n’est toutefois pas tendre envers la presse. Ce qu’il lit au quotidien le «dégoûte», dit-il. Tout en affirmant que du temps de Navin Ramgoolam, la presse dénonçait moins de scandales. Sir Anerood Jugnauth assistait,

[Vidéo] Pravind Jugnauth: «Yer pa kone kot zot sorti, zordi inn fini vinn zournalis»

Alors que sa relation avec la presse semblait aller vers l’apaisement, Pravind Jugnauth s’en est de nouveau pris aux journalistes. Fustigeant, cette fois-ci, le manque de diplômes de certains. «Yer pa kone kot zot sorti, zordi inn fini vinn zournalis», a notamment déclaré le Premier ministre ce matin, à Port-Louis. Il était ce matin au Port-Louis SSS. Ce collège sera désormais connu comme l’Abdool Hamid Goolam Mahomed Issack SSS.

[Vidéo] De retour, Baldowa dit bénéficier du soutien de Jugnauth et du staff de la MBC

Il s’en est sorti avec une réprimande et une discussion franche avec le Premier ministre. Mekraj Baldowa avoue que le black-out de la radiotélévision nationale sur les incidents de la La Butte et de Barkly, vendredi dernier, est «inacceptable». A ce titre, concède-t-il, Pravind Jugnauth a eu raison de durcir la ligne. Toutefois, explique le directeur général de la Mauritius Broadcasting Corporation, le Premier ministre lui a renouvelé son soutien

Baldowa prié de step down de la direction générale de la MBC

Le silence total de la radiotélévision nationale au sujet des évacuations de La Butte et des démolitions à Barkly, hier, a été la goutte d’eau de trop. Tôt, ce samedi matin, la décision de convoquer un conseil d’administration spécial de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) a été prise. C’est lors de cette réunion, qui a débuté peu avant 11h, que le board a décidé de s’en remettre à Pravind Jugnauth.

[Vidéo] Réunion «cordiale» entre Jugnauth et un second groupe de patrons de presse

La deuxième réunion du Premier ministre avec des responsables des médias a ressemblé à la première. Les rédacteurs en chefs et directeurs invités décrivant la rencontre comme ayant été conviviale. Pour Mekraj Baldowa, le directeur général de la Mauritius Broadcasting Corporation, les préoccupations de la «petite presse» sont fondamentalement les mêmes que celles des grandes entreprises du secteur. Zahirah Radha, la rédactrice en chef de Sunday Times, espère, elle, que

[Vidéo] Pravind Jugnauth compte poursuivre le dialogue avec les patrons de presse

Le Premier ministre dit avoir surtout été à l’écoute des responsables des groupes de presse. Pravind Jugnauth les a rencontrés aujourd’hui, au bâtiment du Trésor. Cela après des semaines de relations tendues et d’attaques de sa part ainsi que de celles de certains ministres contre les médias. Une deuxième rencontre est prévue la semaine prochaine. Mais le chef du gouvernement ne compte pas s’arrêter là. D’autres rendez-vous de ce type

[Vidéo] Les patrons de presse ressortent satisfaits de leur réunion avec Jugnauth

«Il y a une détérioration des relations entre le pouvoir et la presse.» C’est sur ce constat de Pravind Jugnauth que sa réunion avec les principaux responsables des médias du pays a démarré ce vendredi. Pendant une heure, Pravind Jugnauth a surtout écouté le constat dressé par les patrons de rédactions. Les uns ont déploré la manque de structure dans la communication du gouvernement tandis que d’autres ont insisté sur

Ninport ki batiara

C’est l’injonction du chef : il faut choisir son camp. A l’entendre, il n’y en a que deux : le sien ou celui des trafiquants de drogue. C’est ce que Pravind Jugnauth explique depuis quelque temps. Ce samedi, c’est ce qu’il a ordonné aux journalistes qui le pistaient depuis son retour de vacances afin qu’il réponde à des questions sur les accusations portées par le condamné Peroomal Veeren. Pris dans un match de ping-pong

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>