Breaking news
  • No posts were found

Tag "politique energetique"

COP21: Où se situe le vrai problème?

Les critiques abondent dans le sens que notre soumission au COP21 est inadéquate. Notre Intended Nationally Determined Contribution (INDC) est un document sommaire de 6 pages, assez flou dans ses propositions, sans détails sur ses objectifs et, surtout, incertain dans sa mise-en-œuvre. L’objectif de réduire nos émissions de 30% d’ici 2030, relatif au « business-as-usual », est sujet au soutien international. Un budget de US $ 5,5 milliards est estimé nécessaire, dont US $ 4 milliards pour l’adaptation. Or, nous

[Document] Le rapport de la Banque mondiale sur nos besoins énergétiques rendu public

Le rapport de la Banque mondiale a été déposé à l’Assemblée nationale par le ministre de l’Energie et des Utilités publiques cette semaine. Il passe notamment en revue nos besoins énergétiques ainsi que nos capacités de production d’électricité actuelles et futures. Les experts de la World Bank recommandent, entre autres : – d’optimiser les calendriers d’entretien des centrales du Central Electricity Board et des Independent Power Producer ; – de renégocier le

Sommet sur le climat: Où est notre intérêt?

L’Âge de pierre ne s’arrêta pas parce qu’il n’y avait plus de pierres. L’humanité avait décidé de faire une transition vers ce qu’il y avait de mieux pour elle. C’est ce qu’écrivait Steven Chu, Prix Nobel de physique, dans sa lettre de démission au président Obama en tant que secrétaire d’État à l’Énergie. Si accord il y aura à Paris, ce sera tout sauf suffisant pour éviter une hausse de

Climat et énergie: une remarquable dynamique citoyenne locale

Dans le cadre de la plus grande consultation mondiale sur le climat et l’énergie, tenue à Maurice sous l’égide de la Plateforme citoyenne, nous avons pu relever que les préoccupations de nos citoyens rejoignent celles des 10 000 autres participants venant d’une centaine de pays ou de régions. Le Tableau 1 en résume les principales similitudes, les résultats démontrant que les Mauriciens sont préoccupés au même point que les autres citoyens du

À force de crier au loup…

Le rapport de la National Energy Commission (NEC, 2013) est édifiant. D’abord, il démontre que l’Integrated Electricity Plan (IEP) du CEB reposant absolument sur l’introduction de CT Power en 2015 est un « non-starter ». Conséquemment, notre réserve de capacité, qui est l’équivalent de la marge de manœuvre que nous avons pour éviter des coupures partielles afin de satisfaire la demande, devient dangereuse dès janvier 2015, sinon des mois plus tôt. La

[Vidéo] Le PTr exige une «politique énergétique claire» après l’arrêt du projet CT Power

Le pays court le risque d’instabilités sur son réseau électrique, selon le président du Parti travailliste. Patrick Assirvaden, ancien président du conseil d’administration du Central Electricity Board, estime qu’avec le retrait du projet CT Power, qui allait assurer une production électrique de 50 mégawatts, le pays sera dorénavant vulnérable en cas de panne d’une des importantes centrales électriques privées du pays. Selon Assirvaden, cette situation devrait amener Ivan Collendavelloo à

Post-CT Power: Il faut une bonne gouvernance énergétique

Le  communiqué du 18 mars de CT Power soulève plus de questions qu’il n’apporte d’éclairage.  Tout citoyen peut se demander : Au nom de la bonne gouvernance, concept si acclamé ces jours-ci, comment se fait-il que CT Power (Mauritius), où le CEB compte 26 % d’actions et est représenté par deux directeurs, puisse négocier des contrats avec… ce même CEB ? Le ministère de l’Environnement a-t-il confirmé en écrit à CT Power que les

Parlement: Le projet CT Power devrait être abandonné, selon Collendavelloo

Les deux anciens camarades de parti n’ont pas croisé le fer. Au contraire, la Private Notice Question de ce mardi 3 février à Ivan Collendavelloo a été l’occasion pour l’un et l’autre de s’accorder sur le fait que le projet CT Power devrait être stoppé. C’est, en tout cas, ce qu’a avancé le ministre de l’Energie au Parlement, aujourd’hui. Collendavelloo compte recommander au Conseil des ministres de ne pas « go forward »

Réinventer le projet «Maurice île durable»

Aujourd’hui, le vrai développement ne peut se faire que par une approche holistique ou systémique, d’où l’urgence d’intégrer la dimension de « sustainability » au cœur de toutes nos initiatives. Il y a sept ans, en tant que citoyens, Stefan Atchia, Jean Pierre Hardy et moi-même dans le « Manifeste pour une Île Durable », paru dans la presse locale, rappelions l’urgence d’un tel paradigme. Il convient désormais de renouer avec cette

Politique énergétique: Un système qu’il faut virer

Fait marquant : les deux blocs proposent une nouvelle politique énergétique. Ils affirment épouser le concept Maurice Ile Durable (MID). L’Alliance Lepep (AL) fait sien le sigle « MID ». Si pour elle, il faut des consultations avec les « stakeholders », pour l’Alliance de l’unité et de la modernité (AUM), l’objectif actuel de 25% du mix énergétique (électrique ?) d’ici2020 est toujours d’actualité. Aucune mention n’est faite du seuil à atteindre au-delà du prochain quinquennat.